Semi-marathon de Marais-Vernier 2022 7


Voici le récit de course du semi-marathon de Marais-Vernier du 14 Avril 2022.

 

Récit de Laurent L : F… the covid

4ième Semi de l’année, 1 par mois… pour ce mois d’Avril il a fallu que je cherche et que je roule un peu pour tomber sur un semi, à 10km de Pont-Audemer, Marais-Vernier un trou perdu en Normandie, superbe, en bord de mer et très sauvage ! Et pourtant même si cela semble très rural, c’est tout de même un semi qualificatif pour les championnats de France, on y reviendra plus tard.

Je m’étais posé un petit challenge sur le sujet, faire un chrono, et puis Mr covid est passé par là 15 jours avant. Moi qui croyais être à l’abri de cette M.. en pensant naïvement que j’étais en forme (Mdr), et bien j’ai pris une énorme claque, une loque humaine pendant 3-4 jours, j’ai craché mes poumons sans discontinuer avec des lames de rasoirs au niveau de la gorge… Sur les conseils de Caro je suis allé voir un ostéopathe sur Maule 4 jours avant le semi, l’idée étant de voir si mon diaphragme n’était pas trop bloqué (ben si un peu quand même). Ce soir là (Jeudi) mon ostéo m’interdit de faire le test VMA et de me reposer le vendredi.

J’ai profité de ce road trip pour loger à Honfleur et, pour la première fois, aller tester ma combi de natation en dehors du contexte d’un tri, juste histoire de travailler tranquillement le sujet. J’ai beaucoup appris, la position, le rythme, la flottabilité de la combi, la respiration, bref de quoi se mettre en confiance pour Deauville.

Dimanche matin, arrivé sur place, non sans peine à Marais-Vernier, faut s’accrocher, on a plus l’impression de rendre à un concours de bovins que d’un semi. On se retrouve avec Caro, Olivier et Néo (Mdr).

La ligne de départ est un peu triviale, sur une route de campagne peu large, pas de lecture de puce, on fait avec. Ce semi est qualificatif pour les championnats de France, il va donc y avoir quelques furieuses et furieux. Casque et écouteurs interdits, accompagnement en vélo aussi, je sens qu’il va falloir courir seul et sans divertissement. J’aimerais faire un chrono genre RP, mais je sais que ce ne sera pas possible, rien que l’idée de ne pas être à 100% m’oblige à être plus raisonnable, je me fixe 1h45 max, c’est déjà largement assez ambitieux pour le moment.

Ligne de départ, je me suis placé à peine 5 mètres après la ligne pour ne pas avoir à trop slalomer, l’idée est quand même de ne pas se faire aspirer au début par les élites. Je pensais partir avec Olivier, mais comme à son habitude il a fallu qu’il aille « marquer son territoire » 5 minutes avant le go (Mdr), du coup on s’est pas retrouvé.

Départ! rapidement je trouve un rythme et quel rythme 4’45, je me sens bien. Je vais aussi descendre jusque 4’35 tant et si bien que ma moyenne va rester pendant 10km sur 4’41…. Je ne souffre pas, je me sens à l’aise,  en topant le 10ième je suis à 47 mn 30, soit 1 mn de plus que mon RP 10, ça m’impressionne, suis content. Les 13 premiers kilos ne sont pas marrant, on court sur une petite route de campagne, au bord des marais, toute plate, avec des portions longues, très longues… sans aucun public. Autre point important, comme c’est une course qualificatif au championnat de France, on tombe avec des vrais coureurs, qui se connaissent bien, sont très réguliers en allure et donc si tu pars seul, tu restes seul, car les coureurs à 100m devant toi tu les vois pendant 20 bornes mais tu les rattrapes pas, ça forge un mental.

Après le 12ième, petit à petit l’allure va décroitre, je sens bien que le moteur fatigue, ma respiration est moins fluide, quelques crises de toux (Saloperie de covid), et pour arranger le tout, on est passé des grandes lignes plates du marais à des séries de petites montées / descentes sur les 6 derniers kilos, bref de quoi plomber encore plus ma moyenne que je vois fondre petit à petit. Par contre on passe quelques villages super jolis dans un cadre bucolique avec enfin du public très encourageant. Mais ca sent la fin, donc je m’accroche, je ne ferais pas au dessus de 1h45, pas question, ce sera ma limite maximale. Le dernier kilo se ponctue par une belle vacherie de côte qui semble courte mais bien casse patte, suivi d’une jolie descente jusqu’à l’arrivée.

Au final, je suis content de ma course, elle n’est pas parfaite, on distingue 2 moitiés bien différentes, mais en me débriefant j’ai appris des choses (sur mon allure, ma cadence et mon mental) et je pense avoir quelques clés pour le prochain, qui d’ailleurs sera ce dimanche 1er Mai (Eh oui mois suivant!) au semi du grand Paris Sud.

Je félicite Olivier, qui améliore encore son temps de 1 mn 30 par rapport à Rambouillet. J’aime bien l’approche que nous avons tout les 2 en créant une émulsion saine, positive et stimulante en vue de Vichy.

 

Résultats :

Laurent Leturger : 01:44:48
Olivier Paulin : 01:50:06  (Réel 01:49:56)

Galerie photos :

 


Laissez un commentaire

7 commentaires sur “Semi-marathon de Marais-Vernier 2022