Marathon d’Annecy 2022 7


Voici les récits de course du marathon d’Annecy qui s’est déroulé le dimanche 17 Avril 2022.

 

Récit d’Eric :

Un marathon et une remise en question !

 

La saison marathon recommence après ce foutu COVID et je viens de multiplier les courses…Le marathon de CERNAY en mode tranquille, le semi de RAMBOUILLET et une semaine après mon ECOTRAIL 80KM, puis la semaine suivante le marathon festif des vins de la côte chalonnaise puis le marathon de PARIS, non prévu à la base … Je me sens pousser des ailes mais la semaine avant ce marathon, l’énergie semble repartie et je doute entre faire un temps ou accompagner notre primo marathonien Thierry MAITRE mais je reste dans ma bulle et je décide d’écouter mon corps : mon kiné me dirait de me calmer mais le coureur…

Départ de MAULE à 10H30 pour Gare de Lyon avec Yoda pour de nouvelles aventures et un TGV en retard de 10 mn à l’arrivée sur ANNECY… On récupère notre clé de chambre après 35 mn de marche pour aller chercher notre dossard, une organisation pas terrible, beaucoup trop de monde : 1h15 de queue pour le récupérer ! Heureusement, j’ai réservé dans une belle et très bonne brasserie pour le repas pré-marathon avec yoda, Titi et gaelle, et cricri et jp et leur fille et je garde un souvenir émue de leur bière locale et surtout des ribs de bœuf fondant à souhait bien accompagnés de polyphénol digne de ce nom !

Nous discutons et passons une bonne soirée comme toujours et comme souvent, les discussions tournent autour du marathon du lendemain : j’explique que je ne sais pas encore sur quelle allure partir et Yoda me rassure en me disant que lui a fait son meilleur chrono, trois semaines après un ultra…alors, je déciderais demain matin de mon allure.

Nous rejoignons notre hôtel après encore 35 mn de marche ! Et ma première nuit avec mon président, oh président !!!MDR Levé 5H30, cela pique un peu et rebelotte, 35 mn de marche pour laisser nos affaires chez cricri pour être plus près de la ligne d’arrivée pour pouvoir reprendre notre TGV de retour.

Petit déjeuner avec cricri et son pain aux figues et deux tasses de café et le tour est joué!

Après avoir fait une photo de groupe, on retrouve nos sas respectifs, le mien est de 3H30. Je décide au dernier moment de partir sur une allure de 4mn 30 du KM comme je l’avais fait à MALAGA en décembre dernier avec un temps de 3H24 en ayant comme objectif de faire moins et dans la ligne de mire mon RP de 3H13 et 17s qui me semble difficilement atteignable…

Il fait un temps superbe, ciel bleu, petit vent frais et dans notre sens pour la première boucle de 21 KM qui se passe super bien : les signaux sont aux verts ! et je croise les premiers qui ont une belle allure ! et hop je croise Thierry MAITRE qui semble être dans les temps… puis Yoda et margaux et un peut plus loin titi et ensuite cricri et sa copine reine : sympa de les voir et de sentir que l’on est sur le retour sauf que le vent est là et cela fatigue de lutter contre…et je croise un coureur déguisé en centurion ou en  César : est ce un signe ?

Mon allure tient entre 4.27 et 4.30 mn du KM de moyenne pendant les 34 premiers et après je sens que je ralenti mais mon allure moyenne me fait me rapprocher de mon RP alors j’y songe mais je ne veux pas trop y penser mais j’y pense quand même !

Je fatigue et je vois mon allure moyenne passer les 4.34 et je me dis que ce sera pas cette fois ci mais que je serais en dessous de MALAGA alors je tiens comme je peux sauf que le vent et cette dernière boucle peu motivante me fatigue…

Au final, une allure de 4.37 de moyenne sur 42KM195 pour un RP de mars 2019 : j’y suis presque même avec trois ans de plus!

Ce record est battable et je n’en doute plus, c’est le principal : où et quand, je ne sais pas encore mais peut être bientôt… Mais est-ce le plus important, NON : je suis content, j’ai pris du plaisir et c’est le principal et sans blessures !

J’attends Thierry M avec impatience et je suis ravi de le voir arriver et cette lueur de fierté dans ses yeux quand il me rejoint…Puis Yoda arrive puis Margaux qui est contente aussi.

Yoda et moi n’aurons pas le temps d’attendre titi et cricri car notre temps avant le retour en TGV est limité…

Le retour se fera avec une arrivée de plus de 40 mn de retard : vive la SNCF!

ASMent vôtre,

 

Récit de Margaux :

A mon tour de faire un récit 😊

C’est rigolo parce qu’on lit les récits des autres et on sait qu’on va devoir en faire un, alors pendant la course on y pense et une fois devant la feuille on sait plus quoi écrire !

Annecy est mon 3e Marathon. Je m’y suis inscrite 11 semaines avant le Jour J , comme ça en regardant quel marathon faire avant l’été, avant de me mettre au 2e bebe surtout, et ayant visité Annecy cet été, ayant couru le long du lac pour m’entrainer pour Amsterdam en Octobre je me suis dit « C’est génial Annecy, en plus c’est plat (tu parles) et surtout c’est magnifique ».

Donc je suis partie sur cette 3e session marathonienne sans me fier à un entrainement spécifique sachant que je suis le Jeudi à l’ASM et qu’il fallait que je combine du fractionné, des sorties longues, des côtes dans ma semaine. Je ne me suis pas stressée, j’ai kiffé et j’étais surtout ravie de faire partie de l’ASM car j’aurais jamais pu faire de sortie en semaine le soir dans le noir.. brrrr nope !

Entrainement pas mal, pas de blessures, d’habitude j’ai toujours mal quelque part, périostite surtout, j’ai aussi souvent un temps creux où je passe 1 ou 2 semaines (sur 12 bravo) sans m’entraîner (fatigue, blessure, pas envie, il pleut). Mais là non tout a été.

En revanche j’ai commis 2 erreurs : changer de chaussures à 2 semaines du marathon (j’y pensais depuis le début mais manque de temps, argent, pas su quelles chaussures prendre)

Et 2e erreur changement de semelles orthopédiques. Super j’ai dépensé 150€ pour ne pas les mettre au marathon car trop d’ampoules ! Bravo le veau

Du coup… j’ai couru avec mes nouvelles chaussures, avec mes anciennes semelles, une vieille ampoule et des compeed ! Et ca a été.

Il y a quand même quelqu’un a qui je dois une fière chandelle c’est Laurent, notre président. Pendant presque 30 km nous avons couru ensemble, j’étais souvent derrière je « m’économisai » mais je n’étais jamais loin. Cela m’a fait beaucoup de bien de pouvoir courir avec quelqu’un, de discuter et de garder une certaine constance (il ne bouge pas de ses 6’ !!) moi je fluctuai un peu, 5’45, 5’55…6’10 haha mais pas Laurent ! Donc Merci Laurent 😊

Dans le détail : Le 10e nickel, je dis à Laurent que ça va je ne suis pas fatiguée, mal nul part. Il me répond « bah c’est normal on vient de commencer » oui c’est sur ! Merci Laurent !

Du 10 au 25 je les vois pas passer, je me balade, c’est mon footing dominical…. Au 30 ça passe.

32e km PAF le mur !

Héhé on l’attendait….. et du coup j’ai marché 2min bien sur… grosse erreur mais je n’avais plus de jambes. Puis je suis repartie, ça allait, je courrai moins vite j’étais entre 6’15 et 6’45 pour ne pas dire 7’… et là on arrive au Paquier, point de départ et donc d’arrivée, mais on est à 4okm et je ne vous ai pas parlé de ma 3e erreur….  je n’ai pas regardé le parcours en amont ! Bouduuuuuuuuuu c’était interminable. 2 lignes droites sur 2 km. Je n’en voyais pas le bout c’était horrible j’ai même croisé un gars en PLS au 41 (tu m’étonnes) bon j’espère qu’il va bien …

En tous cas, moi je vais bien ! Je suis ravie, je suis en forme, je veux m’améliorer, je veux aussi faire du trail et je pense que je vais m’améliorer sur les 10 et 21km avant de repartir sur un prochain marathon.

J’espère que mon récit n’est pas trop long, je disais au début ne pas savoir quoi écrire, tu parles !

Résumé course :

42 km

6’07 allure moyenne

4h23 temps final

 

 

Récit de Thierry M :

Septembre 2021 Forum des assoc de Maule.

Je passe faire un tour sur le stand de L ‘ASM. Je me décide de vous rejoindre car j’ai déjà à l’esprit de réaliser un marathon en 2022 pour mes 40 ans. Apres discussion avec des professionnels du marathon le choix est fait. Il s’agira du marathon d’Annecy.

Début Décembre début de la préparation. En free style au départ mais très vite drivé pour éviter de faire des erreurs mais surtout éviter au plus les blessures. Les semaines d’entraînement s’enchaînent plutôt très bien, je n’ai même jamais été aussi bien que depuis le début de la prépa.

Février Mars les semaines s’intensifient le corps accepte et même en redemande. Avril début de la fin…. redescente…. allègement… waaaa dur dur… je ne connaissais  pas ces sensations où les jambes demandent  de bouger ou comme certains dirait même juste avoir cette sensation de manque où les dents rayent le parquet et ne demander qu’à  sortir…. Je viens de comprendre ce qu’était de provoquer l’envie par la frustration afin de récupérer et avoir la gouache le jour J….

Samedi 16 avril 6h…

Départ de Maule en minibus à 9 pour ce 1er week-end marathon.

Arrivé  sur THONES à 13h petit restau au bord de l’eau. Soleil, chaleur, amis, famille tout est réuni pour passer un superbe week-end.

17h arrivé  au centre commercial pour récupérer les dossards…… heu,  eh  bien nous sommes pas sortis….. enfin si après 1h20 d’attente extérieure et intérieure….

Courses pour le soir, les enfants sont très fatigués nous mangerons donc dans les appartements…

 

22h30 les coureurs vont se coucher tel des sportifs aguerris.

Dimanche 17 Avril.

5h30. Réveil…. oui je suis un peu psycho  mais je me lève et mange mon petit-déjeuner d’avant course…. un bonne assiettes de pâtes complètes cuitent juste comme il le faut et sans matière grasse….

Vient ensuite le rituel douche habillage…

7h30 départ de l’hôtel. Notre chauffeur nous emmène  directement sur place…. la classe…

Du monde wouaaah, oui en effet nous sommes nombreux.

Nous rejoignons notre SAS je retrouve les amis coureurs de L’ASM pour une photo d’avant course mais surtout aussi pour les derniers conseils des experts que j’écoute avec grande attention à quelques minutes du départ.

8h30 départ….. nous passerons la ligne 2’30 après le départ officiel.

Et voilà nous y sommes je foule la route de mon 1er marathon. Les premiers km sont compliqués, du monde du monde du monde mais bon il faut faire preuve de patience. Je regarde le paysage les montgolfières je profite. J’applique à la lettre les conseils. Je me fie à mon allure à mon ressenti à ma respiration. Je reprend plusieurs fois ma partenaire de course qui par l’engouement de la course accélère à de nombreuses reprises. Je la préviens que nous partons pour 42km.. Elle m’écoute mais le naturel revient au galop…

Au 10ème km nous rejoignons un couple de coureur des Vosges nous échangeons discutons rigolons… Nous courrons ensemble quasiment une 10aine de km.

15ème ou 16ème km les premiers nous dépassent dans l’autre sens…. wouaaaah ils ont une foulée  magnifique et majestueuse.

Km 18 ou 19, juste le temps de dire un Allez Eric qu’il disparaît comme à l’entraînement. Ce passage furtif  me fait du bien me remet de la force et de l’énergie.

Ravitaillement du 20ème je perd tout le monde…. Je repars à mon allure. Ce n’est pas grave je me met rapidement dans ma bulle et c’est parti…. je fixe la flamme des 3h45 qui est juste devant. Je court je suis bien.

21ème ca y est le semi est fait, il ne reste plus que la moitié….le soleil est là. Nous sommes encouragés sur tout le long par des spectateurs de tout âge qui nous donnent plein d’énergie.

25ème km. Cela fait plusieurs centaines  de mètres qu’un coureur c’est mis derrière moi puis  remonte à ma hauteur. Un coup de tête a gauche on se salue mais on ne se parle pas…  Les premiers mots seront autour du 28ème au moment de la prise des gels…. on le sort en même temps. On se regarde et là il me dit l’heure du repas est arrivé.. Nous prenons nos boosters et continuons à courir… sans un mot.

30ème ravitaillement eau même pas un arrêt… juste prendre 2 gobelets un pour boire un pour se rafraîchir… Le MUR. Le 30ème est là, je suis agréablement étonné. Pas de crampes, pas de coup de mou au moral ni même physique…. je laisse, je me dit, on verra bien  si il arrive plus tard mais j’espère que non…

35ème dernier Ravito. Je fais comme je l’ai fait depuis le début juste de l’eau rien de plus, je ne m’arrête pas je prend au passage en courant … Je repart je jette un œil à gauche, mon acolyte n’est pas là. Il repart difficilement, je ralenti un peu, il me rejoint et me remercie.  Je lui dit juste que nous sommes ensemble depuis le 25ème donc on le finira ensemble… et ce retourne et me dit « ok  vendu ».

C’est reparti. Aucune crampe mais les guiboles  qui commences à êtres lourdes… mais bon j’essaie de faire un maximum  abstraction en me remettant dans une bulle…

40ème : la famille est là, ils m’encouragent, m’envoient des milliers de bisous. Je suis ému.. Caro une amie nous voit quand même en début de souffrance aigue et court avec nous sur 100 m en nous hurlant dessus et nous reboost..

Allez les 2 derniers…. les pires de ma vie. Ils sont longs très longs horriblement long…. 400 derniers mètres, je tourne la tête je demande à mon « cocoureur » son prénom. Il nous aura fallu 17km pour nous présenter.

Dernière ligne droite derniers mètres. Nous passons la ligne ensemble. Une immense émotion de joie de bonheur m’envahie. Des larmes de fierté montent et coulent.

Je regarde le chrono…. wouaaaah les deux objectifs sont atteints

Numéro 1 : finir mon 1er marathon

Numéro 2 : objectif de temps 3h50… battu de 1min…. je suis le plus heureux.

 

Je suis aux anges. Les endorphines sont bel et bien là  je n’ai quasi pas ou plus de douleur…

Je rejoins dans un premier temps mes enfants ma femmes qui sont rejoint par mes parents au niveau de la ligne d’arrivée. J’échange mes émotions impressions avec eux. Et je rejoins un de mes conseillers en course à pieds qui m’attend juste à côté de la ligne.

Merci à toi Eric. Merci pour tout les conseils que tu m’as donné pendant les entraînements mais aussi juste avant les courses.

Merci à toutes et tous pour la bonne humeur, bonne ambiance mais surtout aussi la motivation que vous apportez lors des entraînements mais aussi des sorties du week-end et des différentes courses.

 

Merci à toute l’association.

 

Récit de Thierry C (Titi) :

Le marathon d’Annecy se déroule sur le week end de Pâques, l’occasion de descendre avec la famille pour un week-end de 3 jours.

Nous avons un appartement sur Saint Jorioz à 10 km de Annecy. Nous partons en voiture le vendredi après midi afin de pouvoir profiter pleinement dès le samedi.

Le Lac est magnifique, vue sur les montagnes avec pour certaines encore un peu de neige. Nous visitons Annecy et sa vieille ville. C’est magnifique et vaut le déplacement.

Arrivée des autres amis ASM pour retirer les dossards. assez périlleux dans l’organisation. A priori, c’est une nouvelle équipe qui vient de se mettre en place et qui s’est faite dépasser par les évènements.

C’est l’heure de passer au repas du soir. Eric nous a trouvé un petit restaurant, nous nous retrouvons Laurent, Eric, Christine, Jean Philippe, Gaëlle et moi.

Bien sympathique, toutes les conditions pour un bon marathon sont réunies.

Retour dans nos logements respectifs, préparation des affaires pour le grand jour. Le marathon de Annecy est assez plat, on verra.

La nuit passe mais à 1h du matin, je me réveille pas bien, mal de ventre.

5h30, levé pour un petit déjeuné. iI sera très light, juste une barre protéinée car le ventre est toujours barbouillé

L’heure de rejoindre tout le monde sur Annecy arrive. C’est top de se retrouver.

Nous faisons des petits groupes en fonction des allures souhaitées par chacun. Pour ma part, 4h15 me semblait raisonnable, je me joins donc à Margaux et Laurent.

Le départ est donnée je sens très rapidement que le rythme est trop soutenu. En effet, les premiers kilomètres passent en moins de 6mn/km.

J’ai pris mes gommes sur le 5ème et 10ème kilomètres mais ça ne passe pas. Au 16km, j’ai dis à Laurent que je ne suivrais pas.

Allure trop rapide et pas d’alimentation, les évènements allaient se compliquer. En effet, dès le 20ème j’alterne marche et course à pied, fatigue et surtout toujours ce mal de ventre.

Puis je suis rejoint  par Cricri et son amie Reine. ça fait du bien. Reine est un peu dans le dur, Cricri se balade et nous fait la causette.

Nous continuons notre rythme course et marche tout en profitant du mieux possible du paysage. c’est vraiment beau.

Nous voilà de retour sur Annecy, arrivée au parc, on se dit c’est la fin … et non, cadeau bonus, un petit tour sur la promenade jusqu’au parc bosson, et retour pour faire les 2km qui nous manquaient sur nos montres.

Cette fois c’est l’arrivée. heureux un de plus. Déçu par ce qui s’est passé, mais comme le dit Yoda, rien n’est écrit pour un marathon.

 

Récit de Christine :

Le Marathon d’Annecy, je décide de m’y inscrire genre un peu moins de 3 mois avant, en discutant avec mon amie Reine. C est une bonne coureuse Reine, on en a fait des courses ensembles ! Notre premier marathon par exemple. Bah là ça sonne un peu comme ça. Depuis 2019 j’en ai pas recouru et elle c est depuis 2017. Elle me dit que nous sommes folles….. qu avec nos boulots actuels ca va être rush. Je le sais mais on y va… tant pis. Trop longtemps que je m encroute et sans me mettre de pression je veux refaire 42 km. Ce sera pour moi à  l’allure que je pourrais.

Alors nous vla parties avec Reine à recourir entre midi et 2, des fois on annulait car trop de boulot. On est crevé mais on fait ce qu’on peut. Reine part sur une base de 6’25 au kilo… moi je m en fou du temps. Je m ‘entraine plus depuis longtemps, j ai pris du poids, je suis blindée de taf alors bof.

On verra l année prochaine pour les chronos. Cette année je m amuse et je repars en week-end ASM marathon et j adore !!!!

Mes amis me soutiennent, Eric, Laurent Titi… c est important le soutien ASM quand on balise sec. Mes copines Marianne Caro Valérie sont de toutes les sorties, sans elles ce serait même pas la peine de songer à une prépa. Déjà sur l’écotrail c’était hard pour moi mais j étais pas seule.

Départ Annecy, on récupère Reine et sa fille et on file en voiture direction Annecy. On a pris un appartement très très proche du départ, c est fait exprès pour le spot tidej du dimanche matin et pour la douche de Cesaric et de Yoda post course.

Nous vla à flâner… l’apres-midi….. puis tite bouffe du soir dans un super resto choix du secrétaire sinon il se serait encore fait virer… on mange mais comme 4, jarret dessert et on boit. Comme d’hab 😄.

Le matin on se retrouve Reine Laurent Eric et Titi dans notre appart de loc et hop il est déjà temps de partir pour rejoindre les autres Asm. Mon mari fait le support logistique et s’occupe des filles !!

Nous partons enfin avec Reine dans le dernier sas ! On part tranquillement et je sais déjà que je vais savourer. Le temps est superbe et les montagnes se reflètent dans le lac. Que c est beau ! Allez courage c est parti. Pouf un peu lourde avec le repas d hier et d ailleurs j ai pas déjeuné le matin juste un café. Bof, j ai couru en mode plus dégradé que ça ahaha.

L’objectif c’est de kiffer et d’amener Reine au bout. J’me sens bien.. les kilomètres défilent… c est beau …. arrivées avant le tunnel on croise les premiers !! Dingue l’allure ! Puis je me rends compte que bientôt je vais croiser Eric sûrement ! Yes il arrive !!! Une tape dans la main et je le vois vraiment à l’aise ca fait plaisir. Puis Thierry M qui est focus sur sa course.

Nous arrivons sur Doussart et ses ailes, boucle du semi et ça repart. Ouch vent de face … bon… allez ca repart… ravito.. et tiens je vois titi ? Je préviens Reine que je décroche de l’allure et je file vers Titi.. Il va pas bien, crampes abdominales. Je reviens vers Reine et lui demande si malgré qu’il fasse du rando course ca la gène pas que je reste avec lui ? Elle est ok alors je la laisse filer après le 30ieme où nous revoyons Gaelle qui a une bonne énergie pour nous encourager. Puis sur les 12 derniers on alterné rando cours et nous finissons ensembles. Les derniers 2 km sont pénibles pour moi car le tendon d Achille souffre des arrêts et relance.

Je suis heureuse de ce marathon avec mon amie Reine, ce paysage, d’avoir accompagné Titi. Je me suis promenée oui je peux le dire car j ai pas souffert du tout. Je tiens la distance et les heures de courses, même sans temps de prepa. Maintenant faut bosser l’allure et y a du boulot car je ne reviendrais pas sur mes niveaux de 2019 avant un moment.

C’est comment déjà qu’on dit ? Travail, abnégation et patience ?

Vive l’ASM.

Cricri

 

Récit de Reine (l’amie de Christine):

Mon marathon du Lac d’Annecy 2022 🙂
C’est mon 2e marathon! Le 1er, c’était celui de La Rochelle. Que j’avais réussi à terminer en 4h35 🙂 … en 2017!!!!! Ça fait loin!

Pour Annecy, étant donné mon peu de forme et la date tardive à laquelle la belle Christine m’a convaincue de m’inscrire et de le courir avec elle :), mon objectif est tout simplement de passer la ligne d’arriver 🙂

A 8h30, Le départ se fait dans une bonne ambiance! Il fait un peu frisquet mais rien de méchant! La puce de mon dossard borne à 8h33 au départ.

Christine et moi démarrons tranquillement. Je lui ai déjà dit que j’irai doucement, à mon rythme car je ne souhaite pas me griller. Et que si elle souhaite aller plus vite elle peut. Elle me rassure en me disant qu’elle va faire la course avec moi jusqu’à à la fin et qu’elle va se caler à mon rythme.

Le paysage est magnifique, il y a un peu de vent, mais avec un superbe soleil de printemps! À la vue du lac qui s’étend sur notre gauche dans sa beauté, je ne peux m’empêcher de m’arrêter pour prendre des photos 🙂

Les 20 premiers km se déroulent bien. Et Christine continue d’adapter son rythme au mien.
Vers le 7e km, nous sommes rejoints par une dame sympathique qui demande à courir avec nous. Vers le 10e km, une coureuse sans gêne passe son temps à cracher toutes les 10 secondes sans égards pour les personnes qui arrivent derrière elle et qui se prennent tous ses postillons à la figure! Christine l’interpelle fermement et lui demande de penser aux autres lorsqu’elle crache, et surtout de se mettre sur le côté pour ça!

Au 15e km, le pôle élite des marathoniens (principalement des kenyans) est déjà sur le retour! Nous les croisons avec des « Hourras » et autres cris d’encouragement! La 1e femme les talonne à quelques minutes derrière. Elle aussi est vivement acclamée!

Pendant ce temps, je dois régulièrement rappeler à Christine de ne pas accélérer sinon je vais être HS avant les 35km 🙂

Vers le 30e km (il me semble?!!), nous rattrapons Thierry (Titi comme l’appelle Christine :)). Il n’a pas l’air bien. Il a des problèmes d’estomac. Christine lui assure qu’elle ne va pas le lâcher et qu’elle va l’accompagner jusqu’à la ligne d’arrivée 🙂

Le ravitaillement du 30e km me plombe le ventre! Le verre d’eau que je bois me tombe sur l’estomac comme une brique! Christine me conseille de ralentir, que ça va passer au bout de quelques km. J’alterne marche rapide et course. Ça va un peu mieux 2km plus tard, mais je commence à sérieusement fatiguer. Est-ce le mur? Je décide d’alterner encore marche rapide et course. Christine continue à faire des va et vient entre moi devant et Thierry derrière! Elle nous encourage régulièrement 🙂

Vers le 38e km, je suis rattrapée par la dame qui s’était jointe à nous au 7e km. Nous échangeons des mots d’encouragement et je lui dis de continuer car je souhaite finir la course avec Christine et Thierry.

Au 40e km, j’ai l’impression que je n’arriverai jamais à boucler les 2km et quelques qui restent à courir 🙁
J’ai les jambes lourde! La dernière boucle avant l’arrivée est une vraie torture 🙁
Je me traîne! Je me traîne! Et Christine continue de nous pousser, d’encourager 🙂
Heureusement 100 mètres avant l’arrivée, nous entendons des cris d’encouragement à proximité: « Aller MAMAN! Aller! MAMAN! »ce sont nos filles respectives Rachel et Élise!
Elle nous encouragent, tendent leur main pour qu’on tape dedans !
En voyant Rachel j’ai comme un regain d’énergie. Elle me crie de sprinter jusqu’à la ligne d’arrivée! Mais je lui réponds que je n’ai plus la force. Elle insiste. Alors je rassemble les dernières forces en moi et sprinte les 50 derniers mètres jusqu’à la ligne d’arrivée. Christine et Thierry sont juste derrière.

Je suis lessivée. Mais tellement fière 🙂
J’ai à peine la force de récupérer ma médaille avant de m’écrouler sur le gazon à côté du stand de ravitaillement pour récupérer! Je suis au bout de mes forces!

Marathon couru et terminé en 4h54 min 🙂

 

Résultats :

Christine Laroche : 04:52:25
Eric Lonchampt : 03:15:08
Laurent Masset : 04:19:06
Margaux Valentin : 04:23:18
Thierry Crespin : 04:52:2
Thierry Maître : 03:49:30

Diaporama :


Laissez un commentaire

7 commentaires sur “Marathon d’Annecy 2022

  • mm
    Laurent Leturger Auteur du billet

    Ca donne vraiment envie!
    Bravo à mon binôme de choc, qui titille son RP sur Marathon, après toutes ces courses que tu as faites dernièrement! tu as la méga patate.
    Bravo à Thierry M pour son premier, quel chrono! un beau cadeau pour tes 40 ans.
    Bravo à Margaux pour ton record, et en plus tu as pu profiter des conseils de notre maitre à tous, oh Président.
    Bravo à Cricri qui retrouve des sensations, se balade et qui soutien Titi un peu en difficulté (faut éviter la fondue la veille non ?).

  • mm
    Laurent MASSET

    Chouettes récits bien différents les uns des autres. Plus surpris par Speedy Éric qui a bien failli battre son RP (je pensais même qu’il le battrait s’il n’y avait pas eu ce foutu vent). Bravo à Thierry pour son premier et pour l’exploit de manger des pâtes à 5h30 du matin.
    Bravo également à ma padawan du jour qui bat son RP sans rien lâcher.
    Et enfin merci à Cricri pour avoir soutenu Titi dans un jour sans. On apprend beaucoup dans la défaillance.

  • mm
    Fabrice NOREL

    Moralité….la SNCF est moins précise qu’un marathonien pour respecter un temps 🙂
    Bravo Thierry.
    Tu as bien fait de préparer ton 1er marathon avec un gros trail de 30k, ça apprend la gestion pour les 30 premiers km, et ça forge les cuisses pour les 12 derniers .

  • mm
    Eric LONCHAMPT

    Un marathon c’est une aventure en soi et nos perceptions sont bien différentes les uns des autres ! Bravo à titi pour son courage et à cricri de l’avoir accompagné, bravo à margaux pour son RP, à thierry M pour son premier : tu verras, avec le temps, ton premier a toujours une saveur particulière !

  • mm
    Laurent Leturger Auteur du billet

    Je rajoute un peu mot suite au récit de Christine… Cricri bravo, tu es un vrai saint-bernard! « s’amuser » à encourager 2 potes de courses en faisant le yoyo pour passer de l’un à l’autre c’est pas rien au niveau dépense d’énergie ! Tu reviens tranquillement mais surement.